4 langages sur 7 pour changer

By | 7 août 2016

Le livre « Sept langages pour une transformation » de Lisa Laskow Lahay et Robert Kegan, nous offre des idées originales pour sortir du mode de fonctionnement par défaut qui empoisonne nos communautés. Exemples :

Du langage de la récrimination vers le langage de l’engagementUne question générale, comme la recherche de ce qui pourrait augmenter notre efficacité au travail, déclenche le plus souvent la réponse par défaut : plaintes, critiques, récriminations.
Il est remarquable quand dans pratiquement toutes les communautés, dans pratiquement toutes les familles, nous soyons très forts à pratiquer ce type de langage, même en ayant conscience de son côté toxique.
A la place, nous pourrions nous demander :

Qu’est-ce qui est important pour moi, qu’est-ce qui me motive (et qui a causé ma première réponse sur le mode récrimination) ?

Du langage des règles et règlements vers le langage du pacte publicExemple à tester : et si vous décidiez collectivement de dire directement ce que vous avez sur le coeur à la personne concernée (avant d’en parler à d’autres) ?
Tout le monde sera d’accord pour dire que le mode par défaut, c’est d’aller se plaindre à tout le monde sauf à la personne concernée, et que c’est un grand fléau dans le monde relationnel.
Les auteurs du livre mettent en avant l’idée originale que pour que le pacte public soit respecté, il faut d’abord que quelqu’un le viole. Cela donne la possibilité à celui vers qui on vient se plaindre de quelque chose, de ne pas entrer dans le jeu comme il a l’habitude de le faire, mais de rappeler que le pacte existe !

Du langage de la critique constructive au langage de la critique déconstructive.voir l’article précédent

Du langage de la résolution du nouvel an vers l’exploration de l’immunité au changementNous souhaitons tous changer nos comportements, et nous décidons bien souvent de le faire, même solennellement, mais bien souvent nos tentatives tournent court, avec un retour à l’état initial.
Le message le plus important du livre, c’est qu’il nous faut prendre conscience qu’à côté de nos engagements, il existe de grandes croyances cachées qui participent au statut quo, à l’état d’équilibre que les auteurs nomment l’immunité au changement. Le livre donne de nombreuses pistes pour l’exploration, l’observation, l’expansion, de cette immunité au changement (voir l’article), avec de très belles histoires vécues qui incitent à tenter l’aventure. Les perspectives sont extraordinaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.